SERBIE & BULGARIE

Du 27 au 31 juillet par Manu

Nous entrons en Serbie par la jolie ville de Novi Sad suivie d’une petite visite de Belgrade. Comme nous préférons les bivouacs en campagne aux nuits en ville, nous quittons la capitale Serbe direction le Sud Est. Plutôt que l’autoroute, nous optons pour un itinéraire Bis qui serpente entre les collines surplombant le Danube. Le paysage est superbe, mais nous sommes vite contraints à faire demi-tour. Nous allons désormais faire confiance à notre GPS…hélas au fil des kilomètres la route se transforme en chemin et le chemin fait place à la piste. Merci G***Map ! Comme si cela ne suffisait pas, la pluie fait son apparition au moment où nous slalomant entre bulldozers, pelleteuses et autres camions bennes qui tracent la nouvelle route. Ce sont les gouttes d’eau qui font déborder la vase !

Vidéo : Un raccourci en Serbie : vive le GPS!

Enfin, la route bitumée est là, à quelques encablures au dessus de nous, mais la montée est raide et boueuse. Nous décidons de poursuivre après qu’un chauffeur poids lourd nous affirme « Oui je pense que ça doit passer ». Manu met les gaz, Loukoum prend son élan et nous prions pour ne pas croiser de nouvel engin à mi-montée (en cas d’arrêt, pas de doute on ne repartira pas). Ouf ! Ça y est, on s’est hissé en haut de la côte.

Nous bivouaquons sur la place du premier village. Les enfants se dégourdissent les jambes au parc, Sacha sympathise avec Nicolae, sa maman nous invite à prendre le thé dans sa maison.

Un poêle imposant occupe l’espace central du salon (logique quand il fait -10° l’hiver), sur le côté le traditionnel samovar. Après quelques thés fumants et échanges enrichissants, nous regagnons nos pénates.

Le lendemain nous faisons étape à Véliko Gradiste et trouvons une place au bord du Danube, à l’écart de la fête du village qui semble avoir attiré tout les bikers du pays, au moins à cet emplacement on dormira tranquille. Des barges semblent draguer le sable du fleuve.

Après un repas copieux, tout le monde regagne Loukoum pour une nuit bien méritée. Hélas c’était sans compter sur la surpuissance de la sonorisation de la fête des motards largement dépassée par le Thierry Roland du village qui commente dans le bistrot du coin le match en direct à la Tv de water Polo, sport ou excelle l’équipe nationale : championne olympique et championne du monde en titre. Ca supporte, ça crie, ça éructe, ça chante…plus bruyant que le dernier but de Mbappé à la coupe du monde.

IMGP2356
Nolwenn pensive devant le Danube

Le lendemain est consacré à la visite de la forteresse de Golubak, qui surveille depuis 7 siècles l’entrée des gorges de Derdap. A cet endroit, le Danube passe d’une largeur de 6 kms pour se reserrer brusquement à quelques centaines de mètres. La forteresse semble avoir été posée là par la main d’une fée. La route des gorges est tout aussi splendide, cette étape est notre premier coup de cœur depuis la France.

IMGP2380
Golubac posée par une fée?
IMGP2386
Golubac : XIVième

Au fil du chemin, nous nous rafraîchissons dans les cascades et visitons un des nombreux monastères du pays. Pressés de rejoindre la Turquie, nous poursuivons notre route et rentrons en Bulgarie avec (déjà) le regret de ne pas avoir pris un passé un peu plus de temps dans ce pays très attachant.

En Bulgarie, nous décidons de faire étape à Sophia et surtout nous faisons un crochet vers le merveilleux monastère de Rila dont Manu a vanté de longue date de site à toute la famille. Dans les derniers lacets menant au monastère, nous doublons des cyclistes puis engageons la conversation. Ce couple de Français de Montauban n’en est pas à sa première expédition et nous renseignent sur la Géorgie qu’ils ont parcouru à coups de pédales l’année dernière.

IMGP2486

Le monastère, haut lieu de l’Eglise orthodoxe, est situé à flanc de montagne dans un écrin de sapins. Il est des lieux que le voyageur a du mal à quitter, Rila fait pour nous quatre partie de ceux là.

Manu pour les Nems

C’EST PARTI POUR 13 MOIS

Nous quittons notre maison et St Erblon (35) pour quelques jours en famille dans la Sarthe, puis, le 20 juillet…

Du 20 au 26 juillet par Sacha :

au revoir papi mami

Nous sommes partis de Loué. Nous avons dit au revoir à Papi et Mamie et aux cousins/cousines. On devait partir à 7h30 mais il y avait un barillet qui ne voulait pas se fermer sur Loukoum … nous sommes partis à 9h30. Ca commence bien !

L’après-midi nous avons fait la première étape à Provins. Maman, Elise et moi nous sommes partis voir un spectacle de rapaces. Pendant ce temps-là Papa a visité la Tour César puis nous sommes partis visiter la Grange aux Dîmes. Nous avons vu des personnages en statue qui représentaient les métiers d’autrefois. Après nous avons continué la route et nous avons dormi sur une place.

Le lendemain nous avons roulé toute la journée. Le soir nous sommes allés à Strasbourg et on a pris l’apéro avec un couple d’amis à Papa. Après l’apéro, nous avons visité Strasbourg. A la fin de la balade, nous avons admiré la cathédrale.

Le lendemain matin, nous avons passé la frontière franco-allemande. L’après-midi, nous avons visité la cathédrale d’Ulm, 161 m, le plus haut clocher de tous les clochers du monde ! Nous avons monté 768 marches ! C’était haut et joli. En récompense, nous avons eu droit à une glace.

ulmbivouac foret

Nous avons repris la route pour trouver un endroit où dormir. C’était une petite forêt agréable et j’ai inventé « l’apéro frontière ». Le principe de l’apéro frontière est : à chaque frontière passée = un apéro le soir même.

apéro frontire

Le lendemain nous avons passé la frontière autrichienne. Le lendemain nous avons appris que la batterie n’avait plus d’énergie. « Oh ! Non !!!! ». Puis le lendemain matin, nous avons passé la frontière hongroise. Nous nous sommes baignés au Balaton. J’ai adoré cette baignade. C’est ma première baignade.

Le lendemain, nous avons mis Loukoum à recharger dans un camping. Le lendemain, nous avons visité la ville de PECS et sa cathédrale Saint Pierre et Saint Paul très jolie.

Sacha

Le site est en ligne

Bonjour

Merci à celles et ceux qui l’attendaient pour leur patience…en effet, après 6 semaines sur les routes d’Europe de l’Est, de Turquie et de Georgie, après avoir privilégié le voyage et la résolution de quelques problèmes techniques sur « Loukoum », nous avons atteint notre rythme de croisière, nous nous sommes familiarisé avec notre destrier et en ce jour de rentrée, nous nous devions de vous saluer.

Afin de rattraper le temps écoulé ces dernières semaines, nous allons régulièrement, dans la semaine à venir, publier chaque jour ou la connexion nous le permettra, un post résumant une semaine se route avec les photos qui vont avec. Les textes seront rédigé tours à tours par chacun des membres de l’équipage, après relecture collective.

N’hésitez pas à nous faire par de vos commentaires et suggestions d’amélioration.

Pour vous mettre en appétit, ci-dessous quelques photos prises sur le trajet.

Manu pour les Nems depuis Tbilissi. 

Préparatifs

PREPARATIFS

Un soir de Janvier 2018, nous passons la soirée à chercher des billets pour nos vacances d’été. Indonésie? Cuba? Géorgie…..Tout nous tente…Nous nous couchons la tête pleine de destinations, de noms exotiques…Au moment, d’éteindre la lumiere, Manu me demande alors « Et si on partait ? ». Cette question, on se la pose depuis notre retour d’un voyage d’un an de 2003 à 2004.

Toutes les planètes étant alignées, il me faut à peine 2 minutes pour lui répondre « oui !!! ….mais il faut peut-être demander aux enfants leur avis, non ? ». Bercés par les récits de voyages de leurs grands-parents, enrichis de leurs expériences marocaine et maltaise, Elise et Sacha adhérent tout de suite à notre projet.

C’est fait, en 2 jours, on a décidé de décider de partir….Maintenant, il n’y a plus qu’à….

Le travail

Nous prenons tous les deux une dispo d’un an. Pour mon activité d’orthophoniste libérale, j’ai la chance de trouver une remplaçante.

L itinéraire

Camping-car? Sac à dos ? Amérique?Asie….tous ces possibles nous donnent le vertige. Après moults hésitations, recherches sur internet, nuits blanches, nous décidons de voyager de France jusqu’en Iran en camping-car puis en sac à dos en Asie du Sud Est (Népal/Birmanie/Vietnam/Philipines/Indonésie). Nous nous laissons l’opportunité de modifier cet itinéraire en fonction de nos envies/rencontres…..

Le camping car

Loukoum mérite une rubrique à lui tout seul! D’ailleurs Manu s’en charge dans une autre rubrique.

La maison

Nous convenons rapidement de louer notre maison. Nous avons la chance de trouver des locataires pour 13 mois, locataires en qui nous avons confiance et qui s’occuperont de notre chat Tilou. C était la seule condition posée par Elise et Sacha « on veut des gens gentils pour Tilou, ou on ne part pas! »

Mais avant de la louer, il faut terminer les travaux, trier, vider, trier, vider, couper les haies, la pelouse, vider le congélateur, faire des cartons et encore des cartons, faire le ménage il faut dire que la coupe du monde n’augmente pas notre productivité…Heureusement, Papi Roger et Mamie Monique nous donnent un sacré coup de main.

L’école

Les enseignantes nous donnent tout de suite leur aval. Elles sont convaincues que nos enfants apprendront tant de choses en voyage qu’il n’est pas nécessaire de surcharger les heures de cours….Ca tombe bien, leurs conseils rencontrent nos convictions! Nous donnerons nous même cours pendant le voyage. Elise passera sa 6éme sur la route, Sacha son CM1. La directrice nous aide dans le démarches administratives. Nous présentons aussi notre voyage aux deux classes et organisons la visite guidée de Loukoum. Alexandra et Celia, les deux institutrices, partiraient bien avec nous!

La famille/les copains

Pas si facile de dire au revoir aux parents et amis pour un an, tant pour les enfants que pour les parents….Nous passons quelques temps sur Brest et en Sarthe. Sur Rennes, nous organisons un grand goûter pour les enfants et un pique nique pour les parents. A chaque fois, le beau temps est au RDV et le sac à souvenirs rempli pour un an. Les collègues nous font aussi quelques surprises. Un grand MERCI à vous tous!

Et tout le reste…

A cela s’ajoute évidemment, les préparatifs santé (vaccins, assurance, médicaments, dentiste…..) , l administratif ( impôts, résiliations diverses et variées….)

6 mois qui se passent entre  » et si on partait? » et  » on part! », 6 mois bien remplis à travailler, récurer, vider, préparer, organiser et…rêver….mais maintenant nous voilà prêts…enfin presque….

Nolwenn pour les NEMS

Portrait des NEMS

cropped-imgp3166.jpg

SACHA ( 9 ans lors du départ)

Sacha détonne par sa joie de vivre. C’est un gourmand qui mord la vie à pleines dents ! Il vit chaque moment intensément, passant du rire aux larmes avec une facilité déconcertante.

En vrac, il aime le foot, le chat Tilou, la cuisine, ses copains, le théâtre, les courgettes farcies….Il n’aime pas la chaleur, le caramel, être contrarié…

ELISE (11ans lors du départ)

Elise est une enfant rêveuse qui observe le monde avec son regard bien à elle. Agréable à vivre, elle partage avec son père le plaisir de faire des jeux de mots.

En vrac, elle aime les livres, les playmobils, la raclette, le chat Tilou, les discussions avec ses copines, l’art plastique, la cuisine… Elle n’aime pas les courgettes, avoir froid, ne pas comprendre du premier coup…..

MANU

Manu est un calme épris de liberté. Qu’il s’agisse faire une pâte feuilletée ou de rénover une maison, il prend le temps de l’analyse et va au bout des choses. Un petit sourire en coin et l’oeil qui frise, c’est qu’il réfléchit à une bonne blague.

En vrac, il aime le foot, un bon verre de vin ou de vieux rhum, l’Histoire, les voyages, chouchouter ses enfants, une soirée entre amis….Il n’aime pas les gens qui se prennent trop au sérieux, faire la vaisselle, être dérangé quand il mange, les œufs….

NOLWENN

D’un naturel positif et enjoué, Nolwenn agit toujours avec une grande efficacité, qu’il s’agisse de mitonner un rougail saucisses ou de finaliser les préparatifs avant un grand départ…

Passionnée de gastronomie, elle s’adonne avec une grande volupté à un de ses plaisir préférés : la lecture ; virus qu’elle a su transmettre à sa progéniture. En revanche, elle déteste le vélo en côte, l’avarice et chose rare chez une Finistérienne : les artichauts !

Le choix de Loukoum

Etant novice en matière de camping-car, nous avons passé quelques semaines à étudier le sujet. Après réflexion, nos recherches se sont orientées vers un modèle spacieux, avec Lits superposés pour les enfants et capucine pour les parents. Autre critère : la motorisation Fiat 2,8L nous a semblé la plus fiable.

Après de nombreuses heures sur les sites de petites annonces et quelques visites de camping cars, notre choix s’est porté sur un Laika écovip2 année 2002. Outre les critères énumérés ci-dessus, ce modèle possède comme atouts une forte autonomie (eaux propres, eaux grises et noires), un gros volume de stockage (double plancher), et le fait d’avoir fait ses preuves sur les routes du monde comme en témoignent de nombreux sites de voyageurs.

Aménagements : Après l’achat, direction les garagistes pour une grosse révision mécanique et cellule. Un grand merci au passage au garage des Leuzières de St Erblon (35) et à ses équipes toujours disponibles et compétentes.

Enfin quelques achats et aménagements utiles ou pas : la suite le dira…. :

1 vélo pliable

Des vides poches et rideaux personnalisés (merci Claire et Mamie Monique)

Des housses cousues main

Flexibles et raccords variés

Et après 2 petits week ends de test, nous allons prendre la route avec notre nouveau moyen de « loukoumotion! »