Goergetown, Street art et chevaux blancs, du 10 au 16 juillet

Georgetown, ville connue pour son street art, nous fait de l’oeil depuis quelques semaines. Nous décidons donc d’y rester 5 jours. Nous logeons tout d’abord dans une guest-house certes basique mais en plein cœur de Little India…il suffit de mettre le nez dehors pour que les sens se mettent en éveil : colliers de fleurs colorés, fins bracelets clinquants, naans et curry, musique Bollywood…et cela sans la frénésie assourdissante des villes indiennes…je suis sous le charme. Et cela est sans compter la générosité de nos hôtes, ils offrent aux enfants des « rotis canaï » pour le goûter, sorte de crêpes sucrées, et nous proposent de partager leur poulet tandoori pour le déjeuner..

La journée, nous sillonnons la ville à la recherche des fresques murales, notamment celles de Ernest Zacharevic, artiste lituanien, le plus connu de Georgetown. Les oeuvres, parfois abîmées nous surprennent ; discrètes au détour d’une ruelle, immenses sur un fronton d’immeuble. En dehors des fresques interactives comme « enfants sur une blançoire » ou « l’enfant sur la moto », j’ai eu un gros coup de cœur pour cette fillette suspendue entre deux fenêtres…

 

Ces balades urbaines sont agrémentées par des pauses cafés-manille, des achats de souvenirs…l’architecture, marquée profondément par son ancien rôle de comptoir britannique, nous séduit : galeries ajourées, carreaux en ciment colorés.

Nous profitons de notre dernière après-midi midi pour visiter la « Maison Bleue », Maison de Cheong Fatt Tze , riche marchand chinois immigré du XIXième siècle. Nous en avons passé du temps à déambuler dans ses 38 pièces, a admirer les vitraux arts nouveaux, les portraits de famille…

Nous avons la chance d’être présents à Georgetown lors du festival annuel. Sur un coup de tête, nous nous inscrivons à une animation. Accompagnés d’un dessinateur de BD, installés sur un tabouret face à un immeuble vert et bleu, nous passons notre matinée à mettre en couleur un coloriage représentant la construction. Colorier en famille, quel moment simple…mais si précieux…

Le soir, nous nous dirigeons vers sur une grande esplanade face à la mer. Les spectacles lumineux rivalisent d’effets : spectacle de feux, fanfare luminescente, jeux de lumières sur les façades des bâtiments, femmes-papillon élégantes sur leurs hautes échasses…mais surtout ces marionnettes-chevaux lumineuses, aériennes, magiques. Il nous aura fallu aller en Malaisie pour découvrir cette fabuleuse troupe française, la Compagnie des Quidams !

compagnie des quidams

Un soir, nous retrouvons Vip, Alix et leurs fils, Kail et Rubben, famille londonienne croisée sur un ferry au Cambodge. Depuis plusieurs mois, nous échangions par mail, nous nous sommes croisés à maintes reprises avant d’enfin pouvoir nous revoir ! Nous discutons, voyages évidemment, autour de naans et curry de légumes et notre bonne accroche première se confirme, c’est vraiment une chouette famille que nous espérons revoir un jour, soit à Londres, soit en Bretagne !