Bunaken : des tombants à tomber – 24 juin au 3 juillet

Par Manu pour les Nems :

Les enfants semblent avoir contracté la même infection que moi : ils ont des plaques rouges sur les jambes et à court d’énergie, une légère fièvre les a gagnés. De mon côté, les symptômes évoluent : outre une grosse perte d’énergie, j’ai maintenant les tendons d’Achille douloureux, et comme, de retour à Manado, on a eu la bonne idée de prendre une chambre au dernier étage, je gravis les escaliers en marche arrière, inutile de dire que les hôtes qui me croisent esquissent de gros points d’interrogation.

A l’hôpital, un panneau attire mon attention : «cette semaine, remise de 20% sur les examens». Chouette, c’est les soldes! Et vous avez une promo spéciale «famille»?

Dans la salle d’attente, où un papy joue du piano, nous croisons Mélissa, la stagiaire de Tumbak, venue passer des radios qui révèlent une deuxième hernie discale, qu’elle a décidé de traiter à son retour en France…dans 2 mois.

Pour nous, c’est moins grave : les analyses révèlent une petite infection, on repart avec les médicaments pour nous remettre sur pieds.

Nous passons une nuit supplémentaire à Manado, histoire de nous requinquer avant de reprendre la route. Nolwenn aurait rêvé de lieux paradisiaques pour son anniversaire, ça sera pour une autre fois. Nous profitons quand même d’une bonne table et décidons de renoncer à randonner jusqu’au cratère du Lokon. Demain, c’est décidé, direction Bunaken, le lieu parfait pour se reposer et profiter encore un peu des merveilleux fonds marins du triangle de corail.

Par Élise pour les NEMS :

Nous sommes à Bunaken depuis deux nuits ce soir ce sera la troisième. On passe notre temps à lire, manger, snorkler, rédiger, jouer au cartes ou autre chose et bien sûr les devoirs…

C’est une super guest house à deux pas de la mer avec hamac et de la bonne nourriture et bien sûr personnel très sympathique…. Le 3ième jour, nous partons pour un autre hébergement, de l’autre côté de l’ile.

Pour y aller nous prenons un bateau. Pareil : hamac, la nourriture est bonne… Mais les chambres sont plus confortables. Après avoir posé nos affaires, nous avons fait un très beau snorkling. Le soir nous avons dû nous coucher tôt parce que le lendemain c’était plongée!

Par Manu pour les Nems :

Au village, l’atmosphère est paisible : on construit un bateau en bois, on palabre, on va à la messe le dimanche, on pêche, on regarde les enfants jouer sur la plage…

Ce matin nous nous réveillons vers 7h. Après une première plongée où notre guide, passionné de macro, passe son temps à chercher de minuscules hippocampes qu’il ne trouvera pas, nous profitons pleinement de notre dernière plongée du voyage, sorte d’apothéose multicolore. Nous sommes ébahis par la richesse et la variété de la vie qui prolifère le long du tombant vertigineux. Nolwenn me fait signe : une raie aigle glisse quelques mètres en dessous de nous, tandis que notre guide en pointe une autre, 18 mètres plus haut, aux abords de la surface.

Le moniteur allemand qui accompagnait Elise, est aussi enthousiaste qu’elle : ils ont vu trois requins, au moins cinq tortues, des nudibranches…

De son côté, Sacha est très démonstratif, il faut le voir imiter le bébé requin qui s’abritait dans sa grotte…

Nous profitons d’un dernier coucher de soleil sur les volcans voisins, et après une journée de transit, c’est par le hublot de notre avion que nous dirons au-revoir à Bunaken et à l’Indonésie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s