Ses paysages

Nolwenn pour les NEMS

Comme souvent, notre première approche du pays passe par une grande ville, Cebu. Embouteillée, polluée, sale, la pauvreté y est criante…par la fenêtre du bus qui nous mène à Moalboal, malgré l’arrière plan idyllique, palmiers et eaux turquoises, ce ne sont que masures, déchets…cette misère me touche particulièrement…un mois et demi en Chine auraient-ils suffit à me faire oublier la réalité de nombreuses régions d’Asie du Sud Est? Moalboal, village touristique à la construction anarchique, me déplaît. Mais dès l’île de Negros, Dauin, les Philippines, celles qui me feront vibrer tout un mois, se révèlent à nous.

Ses plages

Avec ses 7 000 îles, les plages ne manquent pas aux Phillipines. Sable doré, sable blanc, bordées de cocotiers ou de paillottes, peuplées de touristes ou de locaux, il y en a pour tous les goûts. Les marées limitent parfois les baignades qui se transforment en barbotage dans 20 cm d’eau. Mais à marée haute, les eaux limpides permettent snorkelling, séances de natation et plongeons. Le sable blond et fin, sur lesquels quelques bankas colorés sont entreposés, invite à poser sa serviette.

Ses cascades

Les centres des îles recèlent des pépites de fraîcheur : les cascades. L’eau claire qui dégringole follement des roches montagneuses s’assagit dans des bassins qui s’étagent le long des parois. A Siquijor, locaux et touristes envahissent l’endroit, l’occasion de grignoter des bananes frites pour se remettre de ses sauts de Tarzan.

A Biliran, l’endroit est désert… après une bonne marche au soleil matinal, l’eau fraîche est bienvenue, le massage « thermal » vigoureux !!!

Et si vous voulez voir Elise qui s’amuse à Tarzan

https://youtu.be/uW7u_VlZLPA

Ses campagnes

Rien de mieux qu’un tour en scooter pour apprécier pleinement les Phillipines. Ah, se perdre dans les routes qui sillonnent les îles… les hauts palmiers, fertiles bananiers et frangipaniers fleuris laissent parfois la place à de vertes rizières…des buffles se rafraîchissent dans la boue, des coqs et poules suicidaires traversent juste devant nos roues…ce sont les vacances, les écoles colorées sont désertées, les enfants jouent dans les cours des maisons en bois sur pilotis. Dès hommes se reposent à l’ombre de paillotes. Parfois, d’une fenêtre, s’échappe d’un poste radio, une musique entraînante…

Ses lumières

Impossible de parler des Philippines sans évoquer ses levers et couchers de soleil. A Villa Alta, au nord de Siquijor, notre terrasse surplombe la mer…nous sommes réveillés chaque matin par une clarté rosée qui baigne notre bungalow…le soir, tandis que nous prenons notre dernière baignade, le ciel, pour nous seuls illumine de rouge, de violet l’étendue argentée…Autre lieu, autre ambiance… toujours à Siquijor, mais cette fois si près de San Juan. Au crépuscule, les touristes et les locaux s’offrent une petite bière sur la plage tandis que le soleil s’efface nimbant la scène d’une douce lumière dorée…

Nous voilà maintenant à Biliran, tout là haut dans les montagnes… Au loin quelques îles semblent léviter sur l’eau, autour de nous, les rizières s’étagent en pente douce, les palmiers courbent paresseusement leurs feuillages, le soleil s’abîme dans la mer…sur la terrasse, de mon hamac, je n’autorise aucune interruption à ma contemplation…l’un des plus beaux couchers de soleil du voyage !!

Une réflexion sur « Ses paysages »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s