Entrée en Chine : Limousine, Tgv, tandem

Par Manu pour les Nems – du 28/02 au 05/03

Après 3 mois à traverser le Sud-Est asiatique, nous sentions le besoin de nouveauté, et de sortir des circuits touristiques classiques pour découvrir une autre culture.

Ce matin, c’est le jour J : il est 11h et nous venons de passer la frontière. Nous retrouvons notre minibus « limousine » -comprenez avec de la place pour les pieds, les jambes et les fesses…-ça paraît evident, dit comme ça, mais après 3 mois de la Birmanie au Vietnam, on avait perdu l’habitude. On écarquille les yeux, car pour nous, la simple phrase « on est en Chine » a encore un côté irréel ; et c’est parti pour 42 jours dans l’empire du milieu. On pense être prêts pour apprecier ce pays pas toujours prisé des voyageurs individuels : on a téléchargé les applis de traduction instantanée, le VPN pour contourner la censure, les cartes GPS…et après Angkor ou l’on a cotoyé des touristes chinois parfois survoltés, on est prêt à tout.

Par la fenêtre, défilent des paysages qui semblent vouloir ressembler à ces peintures chinoises ou l’on voit des montagnes érodées émaner d’une brume mystérieuse. De temps en temps, d’un seul coup des tours par centaines et c’est une ville qui apparaît, puis disparait tout aussi soudainement : ici pas de faubourgs aux maisons cossues : des villes entourées d’immeubles serrés les uns contre les autres, puis la campagne.

Nous arrivons à Nanning en fin d’après midi. A peine posé le pied en dehors du Van et…rien! non vraiment rien : aucun chauffeur de tuk-tuk pour nous héler, pas même un taxi en approche, rien! On stoppe un taxi. Il s’arrête à notre hauteur, mais ne comprend pas notre destination, et semble nous demander des précisions comme si nous étions ses compatriotes. Ici on va vite oublier l’anglais. Le taxi repart à vide. Heureusement on trouve l’adresse de la guesthouse en mandarin, la femme qui pilote le second véhicule dans lequel on s’engouffre comprend l’adresse et dépose Nolwenn et les enfants à destination, mais lorsque je lui ré-explique qu’il faut d’abord qu’elle me dépose devant un distributeur bancaire Bank of China pour que je puisse la payer, la conversation s’éternise. Après avoir fait 2 tours du paté d’immeubles (et oui, on fait bien du pâté avec les maisons alors pourquoi pas avec des immeubles? ), testé 3 distributeurs incompatibles mastercard, je rejoins Nolwenn et les enfants à la guesthouse, les poches remplies de Yuans.

Elise est en grande conversation avec des étudiants chinois ravis de pouvoir exercer leur anglais et curieux de rencontrer une famille française au 17ieme étage d’un immeuble de Nanning. Le vocabulaire est limité, mais la volonté d’échanger compense.

Nous descendons pour diner. Le long de l’avenue, nous sommes épatés par le faible niveau sonore : est-ce dû à l’électrisation des scooters, aux voitures toutes recentes, ou à la largeur du boulevard? sûrement un peu de tout cela. Pas de klaxons, et encore plus surprenant : des conducteurs qui respectent les passages piétons! on n’avait pas vu ça depuis l’Allemagne il y a 7 mois. Nous testons et approuvons un des restaurants situés en contrebas, puis on se couche en se disant « ça commence bien ».

Ce matin nous prenons un train CRH l’équivalent du TGV, rapide et confortable. A la gare, c’est grand, c’est moderne, c’est neuf, mais c’est aussi plein de caméras et équipé de portiques dignes des grands aéroports ; on commence à se dire que « c’est tout ça la Chine ».

On arrive à Guilin puis Yangshuo, notre première étape où nous resterons 3 jours. Yangshuo est connue pour ces paysages « arché-typiques » de la Chine du Sud : une rivière, des pains de sucre, du brouillard…L’établissement qui nous reçoit a tout pour plaire : grands espaces communs, billard, babyfoot, grandes tables, vidéos à disposition…il y a même le chien pour nous accueillir.

Hélas il y fait le même froid humide qu’à l’extérieur (5-10 degrés) logique quand les proprios laissent les portes ouvertes à tous vents, et du vent, il y en a!

Nous passons 2 jours au chaud dans nos chambres et sortons couverts de multiples épaisseurs pour quérir un restaurant ou acheter gants et vêtements épais. La ville est agréable, les rues piétonnes sont arpentées par quelques visiteurs chinois, mais une centaine de voiturettes électriques dorment sur un parking, attendant le flot ininterrompu de visiteurs qui arrivera avec les beaux jours.

Le 3 mars, nous profitons d’une journée ensoleillée pour louer des tandems et explorer les environs. Hélas, les traçeurs de GPS sont moins prompts que les bulldozers chinois et nous nous retrouvons à rouler sur le chantier d’une future autoroute, à slalomer sur des pistes boueuses. Enfin, nous retrouvons petites routes et chemins et passons 30 kms à nous perdre entre les pics karstiques (plus imposants que leurs voisins du Vietnam), les champs de colza, et les chinois venus immortaliser le paysage grace à l’indispensable perche à selfies.

Le tandem, Sacha adore : sécurisant, amusant, on peut discuter en pédalant, et tout le monde avance au même rythme. On peut même faire la course. Quand à Elise, en rentrant, elle se découvre d’une habileté redoutable aux fléchettes (Yann, si tu lis ces lignes, commence l’entraînement!).

Nous surveillons la météo, décidons de supprimer les étapes ou ils annoncent -10 degrés (sic), mais maintenons la prochaine : Tiantouzhai, ou nous attendent, dit-on, des rizières en terrasse remarquables…si le brouillard daigne se lever…

Une réflexion sur « Entrée en Chine : Limousine, Tgv, tandem »

  1. Je lis bien Manu ! OK pour une partie de fléchettes (et bien d’autres réjouissances !) à votre retour pour découvrir les nouveaux talents d’Elise donc !! Merci encore et toujours de nous embellir notre quotidien avec votre voyage de rêve !! Gaffe à vous 4, j’ai vu hier qu’un séisme avait eu lieu aux Philippines, là où vous êtes (d’après ta dernière photo du Rhum philippin à 2€ !) en ce moment …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s