D’ANI AU LAC DE VAN (du 19/09 au 25/09)

Nolwenn pour les NEMS

Perdus dans la plaine semi-désertique qui entoure Kars, les vestiges d’Ani, ancienne capitale arménienne vers 970, se cachent derrière une longue muraille. Jusqu’à 100 000 âmes ont habitées dans cette ville, avant que les invasions successives puis la modification de l’itinéraire de la route de la soie n’entraînent sa disparition. De sa grandeur passée demeurent quelques monuments religieux ( cathédrale/mosquée et surtout le monastère des femmes accroché à la colline) et des monuments publics (murs de quelques maisons, moulin à huile…). Les enfants, vaincus par le soleil, abandonnent rapidement la visite et retournent à Loukoum. Manu et moi profitons alors égoïstement de ce moment tous les deux ( rare en voyage) et poursuivons la découverte du site à notre rythme. Nous grimpons en haut du château en ruines et comprenons alors le choix stratégique de l’implantation de cette capitale. En effet, Ani est entourée de deux gorges, ces gorges lui apportent à la fois protection et approvisionnement en eau. La vue y est superbe: vieux pont en pierres en partie effondré reliant autrefois les 2 rives, maisons troglodytes crayeuses, batisses envahies d’herbes folles sur le sol de l ‘Arménie juste en face, cheval au galop sur un sentier en bas de la gorge…

Requinqués par cette balade en amoureux, nous retrouvons les loulous dans Loukoum et, après quelques kilomètres, nous nous arrêtons à l’entrée d’un village. A peine le temps de sortir tomates et concombres pour la salade ( on en mange tous les jours depuis 2 mois!) qu’une jeune fille nous interpelle. Dans un anglais très correct, elle nous convie à prendre le thé. Elle nous mène dans une grande pièce. Les murs sont blancs, chaulés, entourés de 3 grands canapés, le sol est recouvert de lourds tapis couleur crème. Au centre, elle installe une petite table ronde qu’elle garnit de thé, pain, miel, olives, fromages…elle nous présente sa famille, ses grands-mères, sa mère, sa cousine et son petit neveu âgé de 2 ans. Le petit garçon, pas farouche, s’ approche d’Elise et moi. Je joue à cache-cache coucou, et lui chantonne quelques « petite bête qui monte qui monte ». Je comprends que j’ai vraiment la cote quand, très spontanément, il sort son chewing gum de sa bouche pour le mettre dans la mienne! Pendant qu’Elise se régale d’olives et de pain au miel, Sacha, intimidé, picore à peine….Comme sûrement toutes les mamies du monde, ce manque d appétit soucie une des grands mères qui lui tend un plat rempli de gâteaux. Après avoir vivement remercié nos hôtes, nous reprenons la route. Sacha, qui a retrouvé sa langue s’extasie sur « l’accueil turc ».

famille

Sur notre route, nous apercevons au loin les deux sommets du célèbre Mont Ararat. Si l’on en croit la légende, c’est ici que l’arche de Noé se serait échouée.

Aujourd’hui, cela fait 2 mois que nous sommes partis. Le rythme du voyage est bien pris et même si Loukoum continue à faire des siennes niveau batterie, nous en prenons notre partie. Par exemple, nous passons 2 jours sur le parking d’un restaurant, au pied du palais Ishak Pasa. Le palais domine une plaine lunaire, desséchée, d’où émergent quelques monts rocheux découpés. Ishak Pasa, construit sur plus de 1000 ans, de 685 à 1784, combine plusieurs styles architecturaux (ottoman, perse…). En Turquie, au fil des jours, nous avons découvert que les futurs mariés choisissent les hauts lieux touristiques comme décor pour leurs photos de mariés. A Ishak Pasa, nous verrons donc des couples poser sur les marches du grand portail en pierres, jouer à cache-cache derrière les poteaux sculptés de la salle de réception ou encore s’ asseoir dans les encadrements des fenêtres du harem.

ichak pasa

la mariée

Le lendemain, Manu prend le volant tout guilleret en direction du Lac de Van. Il en rêve depuis notre premier voyage en Turquie, voilà maintenant 17 ans. Il nous trouve un super bivouac, seuls sur une des longues plages qui bordent cet immense lac de 3750 km2. Mais le temps pluvieux et venteux, nous fait presque, regretter la côte bretonne…puis le soleil se met de la partie et nous avons pu faire notre première baignade dans l’eau du lac.

Au réveil, petit plongeon avant de gagner la ville de Van, connue dans tout le pays pour ses brunchs. Nous nous installons dans la rue piétonne consacrée à cette tradition. Les serveurs s’activent, des coupelles garnies de fromage, olives, oeufs au plat, miel apparaissent, les verres de thé et les assiettes à pain ne désemplissent pas. Un vrai régal!

Trouver un bivouac tranquille près d’une grande ville comme Van relève parfois du défi. Nous roulons quelques kilomètres et trouvons la perle rare, un parking plat, face à la mer et qui plus est surveillé par des caméras. Au coucher du soleil, quelques loulous débarquent, discutent fenêtre ouverte, musique à fond, la routine quoi….Mais vers 1 h du matin, nous sommes réveillés par un « Mister », accompagné de coups tambourinés à la portière de Loukoum. Manu saute de la capucine, enfile une tenue décente, près à en découdre avec les lascars sur le parking…Mais, à son grand désarroi, deux hommes lui demandent nos passeports…ils sont en civil, en voiture banalisée et entourés de plusieurs curieux….Manu hésite, mais il n’a pas franchement le choix….il leur tend donc nos papiers….les deux hommes inspectent nos passeports, questionnent sur notre itinéraire, puis nous souhaitent une bonne nuit avant de repartir comme ils étaient venus!!!

Quelques jours plus tard, nous nous ferons à nouveau contrôler par deux flics en civil. Dans cette zone frontalière, sensible, les checks point sont fréquents. Mais les militaires, famas à l’épaule, en tenue camouflage, nous laissent toujours passer sans problème, le sourire aux lèvres.

saut elise sacha

IMGP4262

Si le lac de Van était un rêve pour Manu, l ‘île d’Akdamar en est la perle (oh!!! que c’est beau!!!). En 921, un roi arménien a souhaité qu’un monastère, un palais et une église y soient construits. S’il ne reste rien des deux premiers, l’église est superbe. Ses bas-reliefs sont à nouveau l’occasion de raconter l’ancien testament aux enfants.

3 réflexions sur « D’ANI AU LAC DE VAN (du 19/09 au 25/09) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s