De Kastamonu à Niksar

Du dimanche 12/08 au jeudi 16/08 par Nolwenn

Il est temps pour nous de quitter la Mer Noire pour aller vers les terres. Mais au moment de larguer les amarres, Manu repère une fuite d eau sous l’évier….Il nous faut trouver une quincaillerie au plus vite. Arrivés à Kastamonou, Manu  sillonne la ville à la recherche de raccords adéquats….cette recherche se poursuit le lendemain. Un plombier, véritable artiste, lui goupille un assemblage de raccords différents….mais cette oeuvre d’art ne passe pas le test de la réalité et fuit toute suite.

manu bricole.JPGPour couronner le tout, plus du tout de batterie cellule. Nous épluchons le mode d’emploi du camping-car… » les enfants vous n’auriez pas, à tout hasard, touché au bouton rouge (bouton d’alimentation de la cellule)….ah!!si…donc si on le tourne comme ça…ouf…ça y’est !!! la lumière est revenue« . Cette journée se poursuit par une visite de château..fermé pour travaux. Nous décidons alors de faire 30 minutes de route pour admirer une vieille mosquée en bois, dans un village reculé. Mais après plusieurs tours et détours… » tu la vois toi? Non mais il fait bientôt nuit, il faut trouver un bivouac« , et, là, quelle aubaine, nous dénichons un bivouac en pleine nature… à 50 m d’un ancien cimetière….Comme à la maison, en voyage, il y a des journées sans….

amasya 2amasyaLe lendemain, nous nous requinquons en visitant Amasya et ses vieilles maisons en bois qui se reflètent dans la rivière. Nouvelle quincaillerie, pause glaces et bivouac près d’un barrage. Des jeunes se garent près de Loukoum et par des rires, des appels « mister » témoignent de leur envie de discuter avec nous. Manu et Elise, en pyjama, échangent grâce à Google traduction. Les jeunes expriment leur mécontentement face à leur président, à classer dans la même catégorie que Poutine. Les filles craquent complètement pour Elise et la mangent de bisous.

jeunes au barrage.JPG

Au réveil, nous partons pour Niksar et son camping en pleine nature. Aujourd’hui, c’est la fête du Village à Niksar. Un chanteur et ses musiciens rythment les danses traditionnelles et accompagnent les villageois qui poussent la chansonnette. Les sons aigus des instruments nous évoquent étrangement les sonorités du biniou et la danse en rond, mains levées et pieds tapant le sol, la gavotte. C’est donc en musique que Nolwenn lessive pendant que Manu exerce avec succès ses talents de plombier. La fuite est réparée ! Youpi, apéro « réparation fuite d’eau « .

Nolwenn pour les Nems

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s